About Myself

418D96EE-C7DC-49CB-8670-AF649D51C5BCSi j’étais une maison elle serait au bord du Cher… Un quartier? Le mien en haut d’une colline. Une ville? Paris.
Si j’étais une couleur, je serais comme mystique… mais la topaze cette fois.
Si j’étais un objet? Mon petit secrétaire.
Un animal? Un chat. De gouttière quand je cours en ville, de gouttière aussi quand je ronronne au chaud.
Une boisson? Du thé. Je le bois noir, acajou, ou jaune pâle. On le dit vertueux, mais parfois tapageur quand quand “l’alcaloïde” cafféïne bamboche dans mes veines. Ce brevage chaleureux me rassure, me réconforte et me rechauffe quand la brume chagrine la ville… Le matin il me réveille, à midi le thé du Kenya restaure l’allant dont j’ai besoin, l’épicé Lapsang Souchong concurrence le vin, le soir, quand les vignes succombent à l’exotisme de l’Asie.
Mais à déguster, je serais un robuste plat de lentilles, choucroute ou autres ragoûts si mijotés que le jus se caramélise.
Mise en musique… je ne garde que les silences entre les mesures… Des chants d’oiseaux, une rivière qui glougloute, du vent qui hulule dans les cheminées ou chuinte dans les arbres… Les ondes naturelles me suffisent.
Si j’étais une pièce de théâtre je serais Phèdre quand j’ai l’âme bleue, mais Marivaux quand je vois rose.
En peinture, Madame Vigée Le Brun et ses ombres dorées, Watteau et le drapé d’une cape rose, Fragonard et son trait sans minutie, Hubert Robert et ses ruines… Tous ceux pour qui les forêts sont des jardins où des marbres malicieux se font des guilis sous le menton, où il fait bon se coucher dans l’herbe sèche et sans graton et où l’on y joue à cache-cache, colin Maillard ou au chat avec un beau brun aux cheveux bouclés.

Montaine

Advertisements