Chapitre 15: jeu de patience (fin)

J’avais besoin d’une confirmation, satisfaite de ma découverte je décidai d’aller voir Phillis. Plume suivait du regard les préparatifs de mon départ avec l’indulgence blasée de son œil outre-mer.
“Je sais ce que tu penses. Tu penses que je m’excite, m’agite et me félicite d’avoir démêlé ce petit imbroglio de quatre sous. Tu t’amuses de moi car je n’ai pas su flairer la ruse dans ce papier de soie aux relents poudrés. Tu ris de ma raison d’homme!”
Plume, le menton reposé sur une de ses pattes antérieures, se crispa. Un frisson parcourut son échine assoupie et il s’endormit. Je laissai Plume à ses rêves et fut tout à mon affaire.

8FD975C2-0A92-47CB-AECC-B85F880D1DEC

Henriette Ronner Knip

En farfouillant dans ma boîte à bijoux je finis par dénicher une vielle montre en panne des années 20, mimi-pinson comme tout. Quel joli prétexte! Y-aurait-il un Dalzel susceptible de ressusciter cette petite mécanique? Je mis l’écrin dans mon sac et m’élançai vers le domaine de Phillis.

6BE4937D-8497-47E7-ABA1-456118D85395

Comédie en un acte:
L’allant de soi démenti

(Claire retrouve Phillis en train de bichonner ses fleurs! Le tuyau d’arrosoir à la main,
Phillis adresse un signe de bienvenue à Claire et lui lance:
“Claire, je jardine, venez!”
En même temps que Claire descend le coteau en pente douce, Phillis termine ses derniers soins. Fuseau vichy bleu, blouse ample, un bandeau blanc dans les cheveux, les joues rosies par le soleil, elle baisse la force de l’arrosoir électronique sur ses tulipes hollandaises.)

Phillis:
Claire! quel bon vent vous amène?

Claire:
Je vais faire des courses au centre commercial de Stanford et comme il fait beau j’ai eu envie de passer vous rendre visite. C’est tellement joli par chez vous.

30F4213F-A9B6-41D6-9C8D-E0605EF6A502

Vintage Sewing Pattern, 1950

Claire donne quelques nouvelles glanées par ci par là lors du cocktail du Dodo Club. Phillis est ravie d’entendre les potins de San Francisco.

Claire:
Au fait, les nouvelles du Dodo Club me font penser à la maison Dalzel. (Claire sort la montre de son sac). Regardez cette petite merveille. Elle est cassée. J’y tiens beaucoup. Elle est de chez Loicault-Ayzardi, la vieille maison parisienne.

Phillis:
C’est un amour. Je vais demander à Mark de la remettre en forme.

Claire:
Il est peut-être très occupé, ne vous inquiétez pas, je fais aussi confiance à son fils.

Phillis:
Son fils? Mais qui vous a dit qu’il a un fils?

Claire:
Vous m’aviez parlé de sa descendance… j’ai pensé Dalzel de père en fils…

Phillis:
Mark a une fille, elle s’appelle Anna.

Claire:
Une fille!

Phillis:
C’est amusant, les présupposés. Mais d’ailleurs, j’y pense, vous avez eu l’occasion de la rencontrer, il y a très longtemps, vous veniez juste de rencontrer Phil. J’avais fait un cocktail à la maison.

Claire:
Je ne me souviens pas.

Phillis:
Mais si, une jeune fille blonde. Je me souviens qu’elle avait discuté longuement avec vous. Il faut dire, qu’elle a sept ans de moins que Phil. C’était pour vous une adolescente insignifiante probablement. Bon, de toutes façons, Anna est le trésor de la vie de Mark. Il a toujours voulu pour elle le meilleur. Il l’a envoyée dans une pension très chic de la côte Est. Pauvre chat! Elle s’ennuyait à mourir! Elle ne rêvait que de son retour. Je recevais d’elle des lettres désespérées.

Claire:
Vous étiez donc proches?

Phillis:
Oui, pendant un temps nous l’étions. Mark et Lizzy, sa femme, voyageaient souvent; comme nous avions une nourrice plein temps à la maison, ils nous confiaient Anna quand ils partaient en voyage d’affaires ou voyage tout court.

Claire:
Ils partaient souvent?

Phillis:
Toujours par monts et par vaux. Ils allaient eux-même choisir les pierres précieuses des bijoux les plus prestigieux de leurs collections. Lizzy est gemmologiste. Pour elle c’était un jeu que d’aller en Inde ou Birmanie. Elle n’aurait manqué ces aventures pour rien au monde. Anna adorait venir à la maison. Ses petits séjours chez nous la distrayaient beaucoup. Elle admirait Phil! Toujours derrière lui! J’ai même pensé qu’elle en était follement amoureuse. Enfin! ces amours d’enfance… Ça passe! Nous avions toujours plein d’enfants à la maison, les voisins, les amis de Phil et j’en passe.

Claire:
Et après le pensionnat?

Phillis:
Après? elle a étudié l’histoire de l’art et le Français à Stanford. Elle est passionnée de littérature anglaise et française. Puis, elle s’est embarquée pour Paris et a été élève aux Beaux-Arts, section architecture. Mark fait une confiance absolue en Anna. Il aimerait tant qu’elle reprenne les affaires.

Claire:
Alors qu’a-t’elle trouvé de plus palpitant que de faire fructifier la maison Dalzel?

Phillis:
Elle aime le changement. Je crois qu’elle obtient des contrats par-ci par-là pour exercer ses multiples talents. Je sais que Phil lui confie parfois quelques missions. Mais je ne suis pas vraiment son parcours professionnel.

Claire:
C’est plutôt bien de vouloir voler de ses propres ailes. Qu’en pense Mark?

Phillis:
Il fait preuve se sagesse. Il attend que sa chère fille comprenne sa chance et qu’elle retourne dans le giron familial. Il a raison car Anna n’en a toujours fait qu’à sa tête. C’est un vrai démon vous savez! Elle finit toujours par obtenir ce qu’elle veut.

Claire:
Bon! c’est donc Mark qui s’occupera de la montre.

Phillis:
Sûrement. Vous avez bien fait de me l’amener puisque je dois le voir la semaine prochaine. Nous dînons ensemble.

B4105B45-8878-4EB0-8FC8-8EE265D7C14E

Cecil Beaton, Ina Claire

L’après-midi était encore jeune, je quittai Phillis. La récolte avait été fructueuse. Je me souvins vaguement d’Anna et de ce lointain cocktail. C’est elle qui m’avait abordée avec un aplomb inhabituel pour une adolescente de dix-sept ans. Je l’aurais presque félicitée de sa fraîche audace. Nous n’avions pas parlé de Phil mais de littérature. “Vous qui êtes française, vous n’êtes pas sans savoir…” c’est ainsi qu’elle avait commencé notre discussion. Je ne me souvenais plus de la teneur de nos propos mais sa présomption m’avait courroucée et il y avait dans ce présupposé un défi qu’elle espérait gagner ou une gageure qu’elle souhaitait déstabilisante. Elle m’avait confié son souhait d’aller visiter le comté de Jane Austen.

26F8BC39-5FF6-447E-986E-42FC498F333A

Tadeusz Styka, A portrait of a young lady in pink

A l’époque, c’était un écrivain dont j’avais vaguement entendu parlé. je n’avais rien lu d’elle. Cette lacune l’avait amusée. Elle me parla de son œuvre avec une supériorité et une intimité culturelle des codes que je ferais bien de maîtriser si je voulais comprendre les subtilités de l’amour. Visiblement, mon ignorance me rajeunissait et lui donnait l’avantage de l’expérience. Sa blondeur gracieuse, ses yeux clairs et purs, la rendaient inoffensive mais elle eut un étrange sourire lorsqu’elle prit congé de moi: un brin de pitié, de culpabilité et visiblement une joie à célébrer. Je l’avais regardée traverser d’un pas confiant le salon de ce presque Pemberley qu’elle avait déjà décidé de faire sien.

662D5AB4-B6EC-46EE-BC04-81DE8C89C33B.jpeg

Vincent’ Astor’s drawing room, Wikipedia

Je me souvins avec quelle virtuosité elle s’exprimait en français. Le phrasé léger, le flot rythmé, le vocabulaire nuancé, mais l’anachronisme vocal de son ton affirmé et d’une tessiture encore jeune m’avaient dupée et je fis peu de cas de cette jeune prédatrice. C’était donc bien elle que Phil était allé chercher à Palo Alto. Phil l’avait-il seulement embauchée pour son talent d’architecte d’intérieur ou s’était-elle fait embaucher pour mener à bien son projet sentimental? Phil et Anna n’étaient-ils que collègues?

À suivre…

 

Advertisements

2 thoughts on “Chapitre 15: jeu de patience (fin)

  1. Anna travaille pour Phil qui prépare une belle surprise pour Claire.
    Ça n’est pas un bijou mais peut-être une maison bijou.
    Ah, ah.
    Des bises Montaine.

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s