Chapitre 6: Un bijou de Taj-Mahal (suite et fin)

B74EC9E7-6114-4370-BDD6-C9CB2E94F55D

Café Array: Isaac Maimon

Comédie en un acte:
Le bonheur est dans le pré…

(le titre est de Claire. Le thème champêtre lui rappelle la fraîcheur d’une poésie qu’elle apprit quand elle était à la communale)

(Octavie arrive un sandwich câpres-saumon dans une main et son café crème dans l’autre. Elle embrasse Claire et s’assied en face d’elle)

Octavie: (avec un ton exténué. Elle a répété des gestes insignifiants pendant des heures. Elle s’étire.)
Quelle matinée!

Claire:
Alors? Les orchidées? la serre?

Octavie:
C’était magnifique! Elles sont vraiment féériques. Si j’étais une marguerite j’aurais vraiment les boules.

Claire:
Heureusement, elles ne pensent pas. Et toi, tu raisonnes en femme jalouse!

Octavie:
C’est leur veine! En tout cas j’y suis restée des heures.

Claire: (un brun suspicieuse)
Vraiment? des heures? rien que pour les fleurs?

Octavie:
La serre est magique. On se croirait invitée chez les fées. En plus j’ai rencontré un botaniste qui s’est proposé d’être mon guide.

Claire: (avec un air “on ne me le fait pas”)
Nous y voilà!

Octavie:
J’ai appris plein de choses.

Claire:
Toi et ta soif du savoir!

Octavie: (un peu agacée)
Mais arrête! avec ton sourire en coin, c’est pas ce que tu crois!

Claire:
Mais c’est connu, ça arrive à tout le monde de rencontrer des botanistes quand on visite une serre, un zoologiste quand on va au zoo, un historien d’art au musée des beaux-arts et la liste est longue….

Octavie: (qui ne se décontenance pas)
Tiens! tu sais le nom savant des orchidées en grec c’est “Phalaenopsis”. Ça veut dire “en forme de papillon”.

Claire:
Et vous allez vous revoir, pour que tu puisses parfaire tes connaissances?

Octavie:
Je ne sais pas. On n’a pas échangé nos adresses.

Claire:
Bon! Et Jimmy?

Octavie: (péremptoire)
Lui! Rangé plié. Dans la section garagiste de mon carnet d’adresses!

Claire:
Et toi? Dans quelle section de son carnet es-tu?

Octavie: (avec assurance)
Dans sa section “rachat de mon âme:” service gratuit à vie! Mais quelle buse quand même! il m’a dit que la serre avait, je cite, “un look de boule à neige pour touristes”!

Claire:
Alors que c’est un lieu d’échanges intellectuels entre botaniste et étudiante en droit! Quelle buse, tu as bien raison!

Je ne dis rien à Octavie. La fougue de son jeune âge, son romantisme encore plein d’espérance, ne faisaient pas d’elle une confidente avisée. À vingt ans et un peu plus, la trahison conjugale est une infamie, qui ne mérite qu’une porte claquée. De plus, je savais peu de choses sur la situation. Il était donc trop tôt pour faire part de mes doutes et des fragments d’une histoire très vague. Et oui! Je protégeais Phil d’une condamnation publique!

Après à peine deux semaines d’absence j’allais chercher Phil à l’aéroport. Il avait une mine superbe et le sourire sincère du juste. Bronzé, épanoui, il était prêt pour jouer dans une publicité pour dentifrice! Phil me serra dans ses bras, m’embrassa le front et me décocha un sourire vermeil. Il ajouta la bonne humeur dans la voix:
“Content de te revoir.”
Je reconnus ce bonheur qui transformait son visage chaque fois qu’il était satisfait de son travail. Phil avait accompli sa mission. L’anxiété qui assombrit son sourire avant son départ avait disparu. Il avait l’air libéré et soulagé. Il n’y avait plus vraiment de drames en ce monde, mais seulement des petits tracas terrestres. Phil revenait allégé, plein d’une énergie nouvelle. Le palais d’Udaipur avait retrouvé sa superbe après un siècle de négligence. L’outrage architectural avait été balayé!
Nous attendîmes ses bagages, mais une fois que sa valise noire réapparut il me regarda étonné et ajouta:
“Eh bien! qu’est-ce que tu attends? on y va!”
Mais oui, au fait que pouvais-je bien espérer? Nous repartîmes donc de l’aéroport sans la valise rouge!

De retour à la maison Phil me donna un petit objet lourd empaqueté dans du papier de soie. C’était une réplique miniature du Taj Mahal. Pas une réplique grossièrement moulée dans une résine sans talent mais un véritable travail d’orfèvre. Il était en argent, finement ciselé. Sur les dômes, un algorithme de lignes fines et entrelacées apparaissait au travers d’un émail micacé. La lumière y déambulait avec souplesse. Un vitrail de verre fin ceinturait l’édifice. Les deux battants des portes principales s’articulaient. Je fis actionner les gonds avec mon petit doigt et secouées par leurs articulations miniatures, le portail s’ouvrit sur une escale de santal.

54426F63-B73F-4ADE-B272-1F62C79D134F

Indian Silver. Model of the Taj-Mahal, North India, 19th century

Je fus touchée par la délicate attention de Phil et lui montrai mon appréciation en exposant le palais sous une des arcades de mon secrétaire. Plume considéra l’objet avec cette prescience tranquille de dieu égyptien. Il avait déjà établi une familiarité avec cette nouveauté d’orfèvre et vit un signe au lieu d’un bibelot esthétique et inutile. Il était assis sur son train les deux pattes de devant en position de seconde, puis il dirigea son regard vers moi et m’observa derrière ses yeux en boutonnières. Il regarda de nouveau l’objet puis dans le mouvement cabotin de celui qui pose une devinette sans en donner la réponse, bondit de son arcade, se réceptionna au pied de ma chaise et tourna son minois vers moi une dernière fois en miaulant. Il y avait un peu de pitié hautaine dans ce rugissement de salon! Puis, il disparut en petit criminel des jardins, pour faire battre le cœur des souris et des mulots.

217BC645-31B1-4285-80B0-E3C80A52CE36

Bonnard: exposition “the legion of Honor” San Francisco

Advertisements

2 thoughts on “Chapitre 6: Un bijou de Taj-Mahal (suite et fin)

  1. Je sais que vous écrivez, mais pourquoi ne pas entamer une “oeuvre”, un roman avec lequel on vit, on tremble, on suspecte, on imagine, on se “fait un film”, et une fois la fin, on est triste de quitter les personnages…?

    Like

  2. Bonjour Rose,
    Merci pour votre soutien et vos encouragements! la Rivale Imprévue est le premier texte long que j’ai produit. C’est un petit roman. Je suis entrain d’écrire le second! Une fois que la “Rivale Imprévue” sera terminé, je posterai le second.
    Bonne soirée
    Montaine

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s