La collectionneuse: pastiche

En suivant le modèle du Comte d’Albaret dans “Notes et portraits” de Madame Vigée Le Brun.

Jeanne est une amatrice passionnée de musées, non seulement elle se précipite à toutes les expositions, mais, malgrè que ses moyens soient comptés, elle a son petit musée à elle, comme en ont les gens de grande fortune. Elle a accumulé dans ses tiroirs des petites collections des plus charmantes, mais bien qu’elles ne soient pas de grand prix elle le sont de goût.

Ces bibelots comme on peut se l’imaginer, ont été découverts chez des petits brocanteurs de second ordre. Ils ont échappé au tri consciencieux d’un antiquaire à la mode, et ont trouvé en dernier refuge l’humble étale d’un boutiquier. Jeanne en amatrice perspicace les remarque et les sauve de leur misère. Déjà dans sa main il n’ont plus l’air de petits mendiants, car la dame a des élégances de personnes bien-nées.

Sa collection de porcelaine par exemple, qui n’est constituée que de figurines auxquelles il manque un petit doigt, ou une plume à l’aigrette, ont l’estampille de Meissen. Un œil sophistiqué y retrouvera le peigné des cheveux, le drapé de la robe, les fleurs violines ourlées de jaune, et la finesse du kaolin. Une main autorisée retournera le socle et apparaitra deux petits sabres entrecroisés, signature d’authentification.

22305417-7736-4C94-B3AB-873B6FD277AF

Il en est de même pour sa collection de poupées orientales. Tout ce petit monde se bouscule dans une vitrine singulière en ébène marquetée d’ivoire. Et ce n’est pas une poupée que l’on prend à partie, mais le chœur de ces petits êtres de bois lustré et de soie. L’œil de l’admirateur ne capturera que le coup contorsionné d’une grue peint sur une manche de kimono. Il se perdra à suivre les motifs minatures d’une étoffe lilliputienne. Qui osera remarquer les coins ternis d’un chapeau en papier verni? Qui s’offensera de l’arc mal bandé du valeureux guerrier? Jeanne les a choisies avec un tel soin que seuls leurs atours guident nos prunelles.

Aussi toutes les amatrices d’art que je connais se rendent avec une curiosité gourmande chez la jolie Jeanne qui sans se ruiner s’entoure de petits riens qui ont un éclat flagrant de merveilleux. Déjà en franchissant le porche, elles s’inquiètent de ce qu’elle n’ont pas su voir chez chez le bon négociant. Elles se querellent en sortant de ne pas avoir eu cette originalité d’esprit et d’avoir cédé à ce que tout le monde s’accorde à trouver beau. Elles regrettent d’avoir délaissé ces petits riens qui chez Jeanne retrouvent leur grandeur. Je vais chez Jeanne tous les mois et je suis toujours ressortie charmée.

Advertisements

5 thoughts on “La collectionneuse: pastiche

  1. Un régal….Merci Montaine. Que de belles lectures à venir…Quelles illustrations! M’Acceptez-vous comme lectrice? Je viendrai chaque jour vous rendre visite..

    Like

  2. Un régal! Merci Montaine…M’acceptez-vous comme lectrice? Chaque jour je franchirai l’Océan pour vous rendre visite. R

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s