Du Commencement des Volcans

Du commencement des volcans:

Il y a très longtemps, quand l’homme n’existait pas encore; la Terre était habitée par des monstres gigantesques, couverts d’écailles aussi épaisses que des tuiles et crachant du feu. Trois tribus de dragons se partageaient la Terre: Les Bleus, les Rouges et les Roses.
Les Bleus étaient toujours déprimés, le Rouges toujours en colère et les Roses toujours de bonne humeur.
Ces trois tribus passaient leur temps à se battre. Les roses en on eu vite assez. Ils sont allés voir le Génie des bois et lui ont demandé d’être transformés en Gecko pour pouvoir se prélasser tranquillement dans la forêt sans se soucier de guerres inutiles et sans s’encombrer d’écailles rugueuses qui donne un rendu tout gercé à la peau. Pas esthétique! Et ainsi furent-ils exaucés!

ECC683F8-862C-47C0-918B-579BB340539D
Les Bleus trop déprimés pour se battre, allèrent voir le Génie de la Nature qui les transforma en Paressseux. Ils devinrent donc des animaux à poils, au demeurant charmants et pacifistes et s’exilèrent en Australie.
Restèrent les Terribles Rouges, leur mauvaise humeur et leur frasques interminables. Le Genie des bois en eut assez de passer ses dimanches à réconcilier les Rouges entre eux et à ne plus pouvoir regarder les matchs de foot, Hockey, Rugby et autres divertissements sportifs importés par les humains qui avaient commencé à débarquer sur Terre. Rien ne vaut une bonne choppe de bière et des chips, confortablement installé sur un nuage bien moelleux. Un jour un humain alla voir le Génie de la Nature:
– Non, mais c’est quoi ce désordre et cet insécurité? Faites quelque chose! Y en a marre de ces monstres hurlants qui nous grillent la barbe, les moustaches et nos beaux cheveux hirsutes d’homme des cavernes!
Le Genie des Bois bafouilla:
– Humpf, euh, humpf… Bon je vais y penser.
Quelques jours passèrent, la Terre se calma, les oiseaux volaient paisiblement dans un ciel serein. Le Génie de la Nature alla voir les bipèdes poilus.
– Alors? dit-il tout fier que pensez-vous de mon idée?
– Excellente! cette métamorphose, répondit le chef (le plus mal rasé de la bande). Nous avons vu se dresser des montagnes qui crachaient du feu et de la fumée. Nous les appelerons donc des volcans! Voilà donc une pétrification des plus ingénieuses. Une petite choppe avec nous?
– C’est pas de refus, répondit le Génie de la Nature, encore tout fier de sa trouvaille.

Et voilà comment apparurent les volcans. Parfois, dans un sursaut de furie, et de désir de liberté jamais maîtrisé par le Génie de la Nature, les Volcans se rebiffent, crachent une salive visqueuse qui se transforme en pierre grise après avoir coulée sur leurs flancs généreux.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s